img
La Recyclerie

Membre de la communauté des Acteurs du Paris durable, La Recyclerie, installée dans l'ancienne gare Ornano de la Petite Ceinture, est un lieu d'échange, de programmation d'évènements basé sur les valeurs du développement durable et de l'écologie. Trois entités font vivre ce site : le café-cantine, l'atelier de réparation et recyclage et la ferme urbaine.


Cette ferme innovante de 1 000 m2 est installée sur le toit de la gare et sur le talus de la Petite Ceinture.
Elle se compose, d'un potager et d'un jardin d'aromates sur 400 m2, cultivés selon des techniques et principes de l'agro-écologie. Aux pratiques de la recherche de complémentarité entre les espèces, de la culture sur buttes, du compostage, est associée la gestion écologique de l'espace cultivé, avec la lutte contre l'érosion des sols, le maintien des haies, l'économie et la meilleure utilisation de l'eau.
Les 20 poules de la basse-cour participent aussi à la réduction des déchets du restaurant - entre 6 et 12 kg par jour - et pondent plus de 4 000 œufs par an, offerts au public.



Une fois par mois, les poules lâchées dans le potager éliminent certains nuisants (limaces, escargots...), apportant ainsi un soutien au jardinier.


La prairie mellifère sur le toit est une source de nourriture pour les butineuses domestiques du jardin partagé voisin. Sur les quais, un bassin aquaponique associe l'élevage de poissons comestibles à la culture de légumes et d'aromates. Ce système permet une production intensive dans des volumes de sol et d'eau relativement réduits. Les plantes poussant sur un substrat neutre type pouzzolane sont nourris par l'eau d'élevage des poissons enrichie de leur déjection. Des activités sont proposées pour apprendre cette technique.
Dans le café-cantine, le chef propose une cuisine responsable. Les produits sont frais, souvent de proximité. Le menu comporte chaque jour au moins trois plats végétariens dont au moins un plat végétalien.
Dans l'atelier, on apprend à réparer son électroménager, à recycler des objets pour un nouvel usage.
Cette initiative associative est en accord avec la volonté de Paris de déployer l'agriculture urbaine là où la place est possible, sur les toits, les murs, au sol ou en sous-sol. 40 sites parisiens recensés seront mis à la disposition des innovateurs Paris-culteurs pour y développer leurs projets de végétalisation et d'agriculture urbaine. L'objectif est d'atteindre 100 hectares de toiture et façades végétalisées d'ici 2020.
Emprunter la rue Belliard jusqu'au pont enjambant la Petite Ceinture.

A bicyclette

Pour se déplacer dans Paris rapidement et sans polluer, Vélib' met à disposition des citadins des vélos en partage dans plus de 1 800 stations dans Paris et les 30 communes limitrophes de la capitale. Le nombre de vélos circulant dans Paris a triplé depuis 2001. En 10 ans, l'équivalent de 200 millions de km ont été « économisés » soit une dépense évitée en carburant de l'ordre de 20 M€. La Ville se dote d'un Plan Vélo 2015-2020 pour accroître les déplacements avec ce mode de transport silencieux. Pour devenir la capitale du vélo et tripler le nombre de déplacements d'ici 2020, Paris va créer un réseau express dédié au vélo, doubler ses voies cyclables pour atteindre 1 400 km d'ici 2020, développer le stationnement sécurisé en voirie et à proximité des gares en créant plus de 10 000 places de stationnement.

Jardin écologique partagé

Un escalier mène au jardin partagé «Les jardins du Ruisseau » installé sur le quai de l'ancienne Petite Ceinture ferroviaire.

Le jardin est géré par l'association « Les amis des Jardins du Ruisseau » adhérent à la charte Main Verte et membre des Acteurs du Paris durable. Ce lieu entretenu de manière écologique est le résultat d'un savoir-faire collectif et de jardiniers passionnés. Légumes, fleurs, vignes côtoient une prairie fleurie. Cet aménagement fournit une nourriture de choix aux insectes butineurs sauvages (papillon, syrphe, abeille, bourdon) et aux abeilles domestiques du rucher installé dans le jardin.


Une implantation de ruchers raisonnée est encouragée par la Ville de Paris dans le cadre de son Plan Ruches et Pollinisateurs. L'association très active, sensibilise les citadins à l'écologie urbaine, autour de leurs aménagements.
Le compost et le poulailler ont pour point commun de réduire le volume des déchets verts ménagers Epluchures de légumes, restes de repas nourrissent les poules qui donneront de bons œufs. Déversés dans le bac à compost, ces déchets donneront un bon engrais à répartir aux pieds des plantes et des légumes. Le compostage collectif est encouragé par la Ville dans le cadre de sa stratégie zéro déchet.



Avec le récupérateur d'eau de pluie ingénieux, l'accent est mis sur la gestion raisonnée de l'eau au jardin. Avoir le réflexe de récupérer et d'économiser l'eau est une anticipation face au changement climatique. Régulièrement, des évènements festifs musicaux, culturels, artistiques sont organisés en journée dans le jardin renouant les liens sociaux intergénérationnels et interculturels du quartier.


Ici dans ce jardin écologique, la présence de l'homme est en harmonie avec la nature sauvage spontanée présente sur la Petite Ceinture mitoyenne. Sur cet axe écologique majeur, la faune sauvage notamment les mammifères (renard, fouine, hérisson, chauve-souris...) poursuivent leurs déplacements d'un espace de nature à un autre. La mobilité est indispensable à la survie et au bon développement de la faune et de la flore sauvages auquel veille le Plan Biodiversité de Paris par le renforcement des connexions entre les réservoirs de nature. Ainsi dans le cadre des Chemins de la Nature de Paris la trame verte et bleue de la capitale - des dizaines de kilomètres d'infrastructures linéaires ont été explorées. Une quarantaine de kilomètres figurent dès à présent parmi les corridors les plus favorables à la biodiversité : les différentes strates végétales en présence sont bien représentées. Elles favorisent le développement et les déplacements des espèces, qu'elles soient terrestres ou volantes.
Poursuivre la rue du Ruisseau puis à gauche, emprunter l'impasse Villa des Tulipes.

Perles vertes

L'impasse Villa des Tulipes est bordée de charmantes maisons immergées dans une végétation dense de clématite, buddleia, chèvrefeuille à feuille de buis, lierre, rosier, iris et d'une magnifique glycine centenaire au tronc enroulé autour de la grille d'une courette.

Les habitants du quartier embellissent leurs pas de portes et le trottoir de leurs ruelles en les végétalisant. Ces micro-espaces de verdure constituent des maillons verts supplémentaires pour le cheminement de la faune et de la flore sauvages. Par la mise en place du Permis de végétaliser, la Ville encourage à multiplier ces petits aménagements.

Revenir par l'impasse Alexandre-Lecuyer.

Sur les rails

La Porte de Clignancourt se métamorphose par le prolongement de la ligne T3 du tramway de la porte de la Chapelle à la porte d'Asnières. L'ouverture, prévue en fin 2018, désenclavera le quartier en renforçant les liens entre Paris et les communes limitrophes et en facilitant également les déplacements de banlieue à banlieue. 76 000 voyageurs s'ajouteront aux 300 000 usagers quotidiens empruntant la ligne.
Le tramway est un transport en commun régulier, confortable et silencieux. Alternative à l'usage individuel de la voiture, il limite la pollution locale de l'air, les nuisances sonores. Depuis la mise en service du tramway T3 en 2006, la circulation automobile a été réduite de 50 % sur les boulevards des Maréchaux provoquant une baisse théorique de 3 dB (décibel). Les mesures acoustiques réalisées montrent une diminution du niveau de bruit, de jour comme de nuit, de 1 à 5 dB(A). Cette amélioration de l'environnement sonore auquel veille le Plan de Prévention du Bruit dans l'Environnement concoure à rendre le cadre de vie des Parisiens plus apaisant.

Au terme de la réalisation, les plantations d'arbres d'alignements et de gazon créées dans le sillage du tramway représenteront une surface de 25 000 m2 végétalisée, changeant agréablement l'aspect des boulevards des Maréchaux. De plus, la présence de surfaces engazonnées perméables permet aux eaux pluviales de s'infiltrer, évitant des inondations par l'engorgement des égouts, en cas de précipitations élevées. Cet aménagement est une des prescriptions de la récente stratégie d'adaptation au changement climatique de Paris, annexée au Plan Climat Energie.
Reprendre la rue du Ruisseau

Following stage