img
Fontaine Wallace

Sur la place du docteur Félix Lobligeois, à l'ombre d'un mail de tilleul, une fontaine Wallace en fonte verte délivre un grand cru parisien, l'eau potable. Ces fontaines ornées de quatre cariatides - statues de femmes vêtues d'une longue tunique soutenant un dôme - sont le symbole de l'eau publique à Paris. Dans plus de 1 200 points - fontaines Wallace, du Millénaire, Totem, Pétillante, bornes fontaines, points d'eau aux sanisettes - une eau potable de qualité produite et distribuée par la régie municipale Eau de Paris est à disposition de tous. Il s'agit du même réseau d'eau qui alimente les immeubles parisiens. Chacun peut remplir sa bouteille, gourde, poche à eau d'une boisson saine à consommer sans modération. Ici, l'eau provient des eaux des sources de l'Avre, traitées dans l'usine de potabilisation de Saint Cloud avant d'être distribuées.

Jardin du second Empire

Le 17e arrondissement possède 21 hectares d’espaces verts, un patrimoine très diversifié.
Le square des Batignolles d’une superficie de 1,6 ha est un héritage du 19e siècle. Il a été créé en 1862 par Adolphe Alphand, responsable alors du service des Promenades et Plantations de la Ville de Paris. Le léger vallonnement artificiel du jardin rompt avec les lignes rectangulaires de l’ancienne place qu’il occupe. Des arbres remarquables aux troncs et branches massifs ornent la pelouse centrale. Ce sont des hôtes de qualité pour les oiseaux et les insectes qui y trouvent gîte et nourriture adaptée à leurs besoins.



Parmi eux, un hêtre pourpre de 20 mètres de haut et large de 3,50 mètres, un faux orme de Sibérie, un plaqueminier d’Europe et deux platanes de plus de 30 mètres de haut. L’écorce rugueuse et épaisse du platane d’orient souligne les années cumulées depuis sa plantation en 1840, son congénère le platane commun d’une circonférence de 6.10 mètres a été planté en 1872. Ces deux arbres ont reçu en 2015 le label national,  ARBRE REMARQUABLE DEFRANCE, délivré par l’association A.R.B.R.E.S., à la Ville pour son engagement à préserver ces sujets.



Ces arbres font partie de l’ensemble des 200 000 surveillés individuellement par les agents municipaux le long des rues, dans les jardins, les cimetières, les écoles, les terrains de sport et les talus du périphérique. Avec l’aide d’une application mobile spécialisée, les agents vérifient et actualisent sur le terrain toutes les informations concernant chaque arbre : essence précise, emplacement  géo-référencé, état sanitaire, nature du sol au pied de l’arbre (grille, terre…), travaux à prévoir… Ce système innovant relié à une banque de données permet un suivi en temps réel du parc arboré parisien.
L’espace forestier parisien (bois de Vincennes et bois de Boulogne comptant près de 150 000 arbres chacun) fait, par ailleurs, l’objet d’une gestion particulière.

Réseau d’eau non potable

La rivière artificielle qui serpente sur la pelouse en pente douce s'écoule d'un enrochement jusqu'au bassin. L'eau du square s'évacuera par une conduite souterraine jusqu'au futur canal d'eau vive du récent parc Martin-Luther-King sur un tracé Sud-Ouest, Nord-Est relié au bassin biotope. L'alimentation en eau se fait au moyen du réseau d'eau non potable pompée dans la Seine. Ce réseau permet, à moindre coût et en préservant la ressource, d'alimenter le réseau hydraulique des bois parisiens et de certains parcs et de nettoyer les voies publiques.



Les rampes bordant le ruisseau aux niveaux des rochers et du passage à gué sont des ornements de rusticage : du ciment modelé sur une ossature métallique. Très en vogue dans la seconde moitié du 19e siècle, ils imitent la nature, les troncs noueux, les branchages, les souches.

Gestion écologique

La gestion écologique du jardin modifie légèrement le paysage, elle s'appuie sur un entretien différencié adapté à la conception de l'espace vert, à ses usages, et favorisant la biodiversité.



Les feuilles des arbres sont laissées dans les massifs d'arbustes, constituant des cachettes hivernales pour la petite faune du sol et un humus pour les plantes, une fois décomposées. Une petite zone, le long de la rivière, est traitée en prairie naturelle où de grandes herbes et plantes annuelles montent en graines. Les plantes réalisent entièrement leur cycle végétatif, attirant de nombreux insectes butineurs ainsi que leurs prédateurs.

Mobilité partagée

Dans l'éco quartier, les déplacements en transports en commun sont privilégiés. Liaisons et prolongations des réseaux de bus, métro, RER, Transilien et tramway sont et seront renforcés.



Pour un usage individuel en partage Autolib propose avec ses véhicules électriques des déplacements écologiques. Développé à l'échelle de la métropole, plus de 2 500 Autolib' sont aujourd'hui à partager pour des locations de courte durée sans retour obligé au point de départ. Un nouveau mode de transport à la portée de tous, silencieux, zéro émission directe (ni microparticules, ni gaz d'échappement), pratique et économique.



Les 3 000 véhicules prévus à la location sur Paris et sa région représentent une réduction du parc privé d'automobiles estimée à 22 500 véhicules soit l'équivalent de 164 500 000 km parcourus par an par des véhicules plus polluants. Un transport alternatif à la voiture individuelle qui génère moins de pollution, moins d'embouteillages, moins de stress.

Following stage